Espace abonné
Mon panier
 

Actualités

Conflit Holiday Inn Clichy

La détermination des femmes de chambre a payé


Publié le 14 févr. 2018 08:49:00

 

A l'issue d'un bras de fer qui aura duré 4 mois les salariés de la société Héméra, prestataire de l'Holiday In de Clichy ont obtenu gain de cause.

Les femmes de chambre et équipiers de l'hôtel Holiday In  de la porte de Clichy à Paris n'ont rien lâché, 4 mois durant, dans le conflit très médiatisé qui les opposait d'une part à la société de nettoyage Héméra, mais également à la direction de l'hôtel. Un protocole d'accord a finalement été signé le 8 février. Celui-ci reprend les demandes formulées 111 jours durant par les grévistes et leurs représentants à l'exception de la ré-internalisation du personnel de nettoyage dans les effectifs de l'hôtel, qui est une revendication récurrente des syndicats GCT HPE et CNT, qui ont accompagné le mouvement.  « Après le rejet des grévistes, qui ne voulaient pas être divisés, d’une internalisation partielle des services (plongeurs et équipiers), les parties sont convenues de se revoir avant le 31 août 2019 pour négocier la possibilité d’internaliser les services de la plonge, de l’entretien des parties communes et du nettoyage des chambres, et pour ouvrir la discussion autour de la mise en place d’un 13è mois.

Des revendications entendues
Les avancées obtenues par les grévistes portent sur les points suivants :

  • réintégration des deux salariées mutées abusivement ;
  • fin du paiement à la chambre avec le contrôle rigoureux des horaires ;
  • prise en compte du temps d’habillage-déshabillage comme du temps de travail effectif ;
  • respect de deux jours consécutifs de repos hebdomadaire ;
  • disparition des contrats de moins de 130 h mensuelles ;
  • augmentation des qualifications ;
  • suppression de la clause de mobilité ;
  • prime de panier de 7,14 € par jour travaillé ;
  • suppression de l’abattement de 8% sur l’assiette des cotisations sociales.

David contre Goliath
Pour Claude Lévy, secrétaire de la CGT HPE, qui mène des actions aux côtés des personnels de nettoyage de l'hôtellerie depuis de nombreuses années cette victoire est celle de » David contre Goliath, et de douze grévistes déterminés », mais aussi contre un système de sous-traitance, de délit de marchandage et de « compromission » qu'il dénonce.

Un avis que ne sont pas loin de partager des  professionnels pour lesquels ces 111 jours de grève sont un échec et témoignent de pratiques inacceptables, comme le paiement à la chambre, en donnant une image déformée de la sous-traitance dans le secteur de l'hôtellerie.

A lire également :