Espace abonné
Mon panier
 

Toutes les actualités Hygiène, Propreté, Nettoyage, Multiservice et déchets

 

Les chiffres révélés par la 1ère étude conduite par Ipsos pour le compte d'Onet atteste de l'importance absolue de l'hygiène et de la propreté dans les établissements de santé et les lieux publics.

Alors que se tient jeudi 18 octobre  la « 1ère Journée nationale des métiers de la propreté » le groupe Onet a confié à l'institut Ipsos la réalisation d'une enquête sur le thème « Les Français et la propreté ». Souvent définie par opposition à son contraire « ce qui n’est pas sale », et notamment la  notion d’hygiène et de santé, dans l'univers des soins, mais également de la restauration et de l'hôtellerie. Ainsi 92% des personnes interrogées affirment que la propreté dans les hôpitaux est extrêmement importante. 98% et 97% jugent quant à eux qu'elle est importante dans les restaurants et hôtels. Ce constat se traduit concrètement par le fait que 49% des personnes interrogées par Ipsos déclarent avoir déjà renoncé à manger dans un restaurant par manque d’hygiène ou de propreté du lieu. De même, ils sont 22 % à avoir renoncé à dormir à l’hôtel pour les mêmes raisons. Mais ce sont les sanitaires qui focalisent le plus les Français : 73 % d’entre eux ont déjà refusé de les utiliser dans des espaces publiques ou magasins du fait d’un manque d’hygiène.

Les entreprises de propreté en première ligne

« La propreté est fondamentale » indique Damien Barnier d’Ipsos. « Elle est partout et pour autant elle est peu visible, ses enjeux sont peu relayés dans les débats publics. Or, cette étude prouve que les Français y accordent une véritable importance. 8 Français sur 10 ont déjà renoncé à exercer une activité ou à fréquenter certains lieux de leur quotidien
(restaurants, hôtels, boutiques, etc.) par manque d’hygiène ou de propreté. Ce constat est
sans appel et montre à quel point la propreté influence notre quotidien ».

De son côté Stéphane Point, directeur général d'Onet, estime que cette étude menée avec Ipsos permet de renforcer la connaissance des attentes de chacun, clients, clients des clients et collaborateurs. « La propreté ressort comme un élément clé du bien-être de tous: au travail, dans nos loisirs, au restaurant, dans les transports, dans les établissements de santé … En tant que prestataire de services, Onet a un rôle majeur à jouer. C’est pourquoi, soucieux de préserver la santé des usagers et de nos collaborateurs nous avons notamment pris l’engagement d’ici à 2020 d’utiliser des produits éco-responsables, sans composants chimiques, dans 95% des sites qui nous sont confiés »

A lire également :



 

Après 5 ans passés à la tête de Diversey Ilham Kadri va prendre la présidence du chimiste Solvay.

Ilham Kadri, présidente depuis 2013 du groupe mondial de matériels et solutions d'hygiène, va quitter Diversey pour prendre la présidence du groupe chimique belge Solvay ( 30 000 salariés, 12,5 milliards d'€ de CA) en remplacement de Jean-Pierre Clamadieu qui occupait ce poste depuis 2012. Agée de 48 ans, ingénieur chimiste, formée à Lyon puis à Strasbourg où elle a obtenu un doctorat en physique/chimie des polymères, Ilham Kadri a occupé de nombreux postes à responsabilité dans l'industrie automobile, pétrolière (Shell) puis chimique (Dow) et dans le secteur de l'eau, avant de rejoindre le groupe Sealed Air en 2013. Présidente de Diversey elle accompagnera en 2017 son indépendance.

Très engagée dans le combat pour l'alphabétisation et la formation des femmes dans le monde de la propreté au travers de son association ISSA Hygieia Network, mais également pour le développement durable et la préservation des ressources en eau et l'hygiène, Ilham Kadri a reçu de nombreuses récompenses à travers le monde. Ilham Kadri devient ainsi la patronne d'un groupe majeur qui réalise 6 fois plus de chiffre d'affaires que Diversey...

A lire également :

 

Propreté urbaine. Nilfisk se désengage de la voirie


Publié le 17 oct. 2018 15:55:00

 

Le groupe danois arrête son activité de nettoyage « outdoor » et cède son usine danoise à Egholm.

Le groupe Nilfisk vient d'annoncer à ses actionnaires et investisseurs qu'il se désengageait de son activité « Outdoor » et des matériels d'entretien de la voirie (balayeuses, porte-outils) en se séparant de ses deux sites de production d'ici la fin de l'année, le premier situé au Danemark spécialisé dans les plus petites machines (2150, 2250 et 3070) , le second en Italie produisant les City Ranger 3 500 et City Ranger 3 570. Selon les chiffres fournis par le fabricant danois, leader mondial dans les matériels de nettoyage professionnel cette activité représentait quelque 35 millions d’euros. Les deux sites avaient été rachetés au tournant des années 2010. L'usine de production située au Danemark va revenir dans le giron d’Egholm, qui conservera une grande partie du personnel et continuera de fournir le groupe Nilfisk le site italien  va quant  à lui cesser son activité début 2019.

A lire également :

 

Erylon, une entreprise française, est la 1ère à tester avec Atalian un système automatisé de lavage des vitres chez son client BASF.

Baptisé Clean-Kong, le premier laveur de vitres, 100% français et développé par la société aixoise Erylon, est actuellement en cours d’expérimentation sur un chantier « grandeur nature » à Levallois-Perret. Grâce au partenariat noué avec le groupe Atalian et son client BASF, dont il assure les prestations de FM sur l’ensemble de ses sites en France, le fabricant peut mettre cette machine de pré-série en conditions réelles d’utilisation avant un déploiement prévu en 2019.

Un système à eau osmosée

Le système, très simple à mettre en œuvre (branchement secteur et remplissage du réservoir en eau osmosée) est entièrement piloté par deux opérateurs, un au sol et un en toiture. Conçu pour être avant tout un outil efficace de nettoyage des vitres (et des bardages métalliques) Clean-Kong est équipé d’une brosse de lavage et de lustrage en microfibre.

Le marché qui s'ouvre à un tel robot – ou cobot comme préfèrent le définir ses concepteurs- est exceptionnel. Les millions de m2 de vitres et façades à nettoyer dans l'Hexagone le sont aujourd'hui avec des nacelles (fixes ou mobiles) des perches pour les petites hauteurs ou des cordistes. La course est donc ouverte et plusieurs industriels s'y sont déjà lancés avec plus ou moins de succès. 

Erylon dont le prototype est en train de faire ses preuves espère bien garder une longueur d'avance sans pour autant bruler les étapes...

A lire également :

 

Le fabricant normand de matériels de nettoyage a fêté cet été ses 40 ans d'existence.

Créée en 1978 à proximité de Rouen, au Houlme, la société Eurosteam qui fête cette année ses 40 ans d'existence, est le seul fabricant français de matériels de nettoyage professionnel disposant d'une gamme très large et de son outil de production. En effet, le site normand qui occupe plus de 4 000 m2 et emploie 30 collaborateurs, est l'unique lieu de conception, de développement puis de production de matériels destinés au marché français ou à l'export, soit quelque 60% du chiffre d'affaires. Pour Jean-Claude Chastant, président d'Eurosteam et Mohammed Lasri, son vice-président export, l'expertise acquise au cours de ces 4 décennies d'existence porte aujourd'hui ses fruits : innovation, professionnalisme, qualité de service, mais également fidélisation des ses collaborateurs.

25 pays à l'export

« La moitié de nos salariés ont plus de 15 années d'ancienneté dans l'entreprise » se félicite le président d'Eurosteam qui insiste également sur la croissance et le développement d l'entreprise. Au cours des deux dernières années 5 emplois ont été créés, aussi en production qu'au sein de l'équipe commerciale.

Une dynamique qui devrait se confirmer dans les années à venir, aussi bien en France où la société gagne régulièrement de nouveaux marchés et de nouveaux clients, mais également à l'International avec plus de 25 pays dans lesquels les machines « made in Normandie » sont commercialisées au travers de plusieurs plateformes qui ont vu, ou vont voir le jour.

A lire également : Eurosteam change de mains