Espace abonné
Mon panier
 

Toutes les actualités Hygiène, Propreté, Nettoyage, Multiservice et déchets

 

Le président de la Fep, Philippe Jouanny fait le point sur l'engagement des entreprises de propreté.

Deux semaines après le début du confinement, est-il possible de mesurer l’impact de cette crise sanitaire majeure sur les entreprises de propreté, d’un point de vue humain et économique?

Plusieurs impacts de la crise sanitaire du Covid-19 sont d’ores et déjà perceptibles pour nos entreprises et salariés de la propreté, dont je veux saluer le dévouement remarquable et la grande disponibilité au service de cette profession utile à tous et de cette lutte nationale. Cette mission civique de salubrité, ce combat contre cette pandémie animent ces acteurs économiques, souvent relayés au second plan mais aujourd’hui en première ligne face à la propagation du Covid-19.
Il y a d’abord les impacts directs et perceptibles qui représente une perte d’activité d’en moyenne 60% pour nos entreprises. Nous avons lancé d’ailleurs une enquête pour mieux connaitre l’impact. Si les entreprises enregistrent une perte d’activité, elles sont en même temps sollicitées sur de la désinfection et de décontamination. Mais ces travaux exceptionnels ne combleront pas la chute globale de l’activité.
L’enjeu de la protection des salariés constitue pour nos entreprises la première préoccupation. Nous avons à ce titre adressé une lettre au Premier ministre, Edouard Philippe, et une lettre ouverte pour l’alerter sur la nécessité pour nos entreprises de disposer des protections nécessaires quand elles interviennent sur les sites de santé en particulier (masques, sur-blouses etc). Soyons honnêtes et pragmatiques. Cette crise va laisser des traces, je peux le constater lors de mes échanges quotidiens avec les chefs d’entreprises partout sur le territoire. Perte de chiffre d’affaires, chômage partiel, impact direct sur la trésorerie des entreprises, perte de marchés etc,. La reprise d’activité sera difficile et je peux les assurer que la Fep sera, comme toujours à leurs côtés. 

De nombreuses entreprises sont en première ligne et leurs équipes totalement engagées, pensez-vous qu’elles manquent encore de reconnaissance de la part des Pouvoirs publics notamment?

Nos métiers sont souvent qualifiés de métiers de l’ombre. Force est de constater qu’aujourd’hui cette crise sanitaire a le mérite de placer nos salariés en lumière, de constater combien ce métier est indispensable et qu’il doit monter en gamme commercialement. La santé, la qualité de vie au travail, c’est aussi nous. La Fep a toujours souhaité préserver le lien de confiance avec les Pouvoirs publics et en particulier les ministères régaliens auprès desquels nous exerçons un travail d’information et d’influence de tous instants. Faire reconnaitre nos métiers à leur juste valeur et à la juste place dans notre société constitue d’ailleurs l’ambition de ma présidence comme celles de mes prédécesseurs. J’ose croire que cette terrible crise fera évoluer le regard sur nos métiers, nos entreprises, nos salariés, indispensables partout.

Quel est le message que vous souhaitez faire passer aux entreprises de propreté et à leurs agents à ce stade de la crise sans précédent que nous traversons?

Avant tout leur rendre hommage. Cette crise vient bouleverser considérablement notre secteur. Nous observons de la solidarité entre chefs d’entreprise et salariés pour surmonter cette période qui, à l’heure où je vous parle, est loin d’être terminée. J’invite, si ce n’est déjà fait, tous les chefs d’entreprise qui s’interrogent sur cette crise à consulter notre boite à outil spécialement créée pour la crise du Covid-19 et dans laquelle ils trouveront tout ou partie des réponses économiques, sociales et juridiques. Je les invite aussi à se fédérer, à nous rejoindre pour en bénéficier, mais aussi pour être, ensemble, encore plus forts. Les différents services de la Fep sont pleinement mobilisés depuis le début de cette crises exceptionnelle et le resteront pour accompagner les entreprises de propreté jusqu’au retour à la normale, que nous espérons le plus rapide.  Je tiens à remercier tous les chefs d’entreprise, les agents, chefs d’équipes, encadrants des entreprises de propreté ; tous ces héros du quotidien qui travaillent aujourd’hui comme demain à l’entretien et l’hygiène des espaces de travail, de vie et de santé et par leurs actions au confort et bien-être de chacun.

A lire également : 

 

Le recyclage est une des premières branches professionnelles à signer un accord sur les congés payés.

Les partenaires sociaux de la branche du recyclage (1000 entreprises et 28 000 salariés) ont abouti, vendredi 3 avril,  à un accord sur les congés payés, conformément à l’ordonnance du 25 mars 2020 portant mesures d’urgence en matière de congés payés, de durée du travail et de jours de repos.

Grâce à la conclusion de cet accord, les employeurs pourront, dans la limite de six jours de congés ouvrables et sous réserve de respecter un délai de prévenance de deux jours francs minimum, décider ou modifier de la prise de jours de congés payés des salariés, jusqu’au 31 août 2020. « Cet accord, qui entrera en application à l’issue du délai d’opposition légal de 15 jours, à compter de la notification aux organisations syndicales, permet de doter la branche d’un dispositif conventionnel souple limitant l’impact économique de la crise sanitaire liée au Covid-19 et intervient dans un contexte où le dialogue social revêt toute son importance » se félicite Federec, le syndicat professionnel des entreprises du recyclage.

A lire également :

 

 

Les usines tournent à plein régime, mais la pénurie de gels et bientôt de désinfectant risque de durer.

« Il s'agit d'une situation sans précédent. Nos deux sites de production de Lyon et Saint Vulbas fonctionnent 24/24 avec des effectifs renforcés puisque nous employons actuellement quelque 150 intérimaires contre 10 à 15 en temps normal avec des mesures inédites de sécurité. En 2009 nous avions connu un pic d'activité, mais pas de ce niveau là et pas aussi longtemps. Nous avons la chance d'avoir un outil qui est bien dimensionné et avons pu anticiper en voyant ce qui se passait, un mois plus tôt dans notre usine de Singapour, mais nous sommes vraiment dans une situation folle ! » interpelle Guy Chifflot, président d'Orapi, qui doit faire face à une crise.

Pour les producteurs de gels et solutions hydro-alcoolique, qui réussissent encore à se fournir en alcool – en s'associant parfois à des distillateurs et bouilleurs de crus- la pénurie en flacons, pompes, ou encore étiquettes impose de s'adapter en termes de conditionnement. « Nos clients, hôpitaux notamment, acceptent de changer leurs habitudes et d'être livrés dans des bidons de 5 l » complète pour sa part Marc Marouani, le dirigeant du Gafic qui doit faire face à une situation encore plus compliquée pour honorer les commandes  d'EPI, et de masques notamment.

La dimension mondiale prise par la crise sanitaire qui plonge aujourd'hui toute l'Europe et les Etats-Unis dans un véritable chaos, renforce les réflexes protectionnistes. Ainsi, un adjuvant pour gels hydroalcooliques, serait-il actuellement bloqué par les industriels américains qui le réservent à leurs industriels.

La tension est également de plus en plus forte sur les désinfectants, comme les ammoniums quaternaires, dont la demande va aller croissante dans les jours et les semaines qui viennent. L'association française des industries de la détergence (Afise) a fait ses comptes : « Depuis 4 semaines (du 24 février au 29 mars), les ventes d’eau de Javel ont progressé de 84% auprès du grand public. Sur la dernière semaine se terminant le 29 mars, l’eau de javel est le 4è produit le plus acheté en grande surface avec une progression de +120% ; ce chiffre atteignant + 255% dans les drive (source IRI 2020). Pour rappel, il est commercialisé chaque année en France environ 130 millions de litres/an en magasin. L’Hexagone figure au 2è rang de la consommation européenne en volume derrière l'Espagne et juste devant l'Italie (source Euromonitor 2018). »

A lire également :

 

Le fabricant a offert 3 machines pour la désinfection de l'hôpital Beaujon de Clichy.

La société Kärcher se mobilise dans la lutte contre le Covid-19 en offrant 3 machines professionnelles pour des missions de désinfection à l’hôpital Beaujon (92). Il s'agit de 2 aspirateurs vapeur SGV 6/5 qui permettront la désinfection des véhicules et des locaux du bâtiment central, et d'un nettoyeur haute-pression à eau chaude, HDS 5/15 U Plus dédié à la désinfection de l'aire de stockage des conteneurs à déchets.

Devant l’urgence de la situation, l’entreprise allemande a pris cette initiative afin de venir en aide aux agents de nettoyage mobilisés pour assurer la désinfection quotidienne de l’établissement, et ainsi participer à la protection du personnel soignant et des patients pris en charge au sein de l’hôpital.

« De par notre activité dédiée aux solutions de nettoyage, nous disposons de matériel de haute efficacité en termes de désinfection et d’assainissement. Il était de notre devoir d’apporter notre soutien dans ce combat solidaire contre un ennemi invisible, par un don de matériel de qualité d’une valeur de près de
10 000 € HT »  s'est félicité François Malmanche, président de Kärcher France.

A lire également :

 

Bien communiquer et être à vos côtés dans cette période de crise inédite est essentiel.

Si le pays est confiné le prochain numéro de votre magazine Bâtiment Entretien sortira bien comme prévu début mai. En ces temps difficiles, nous continuons notre activité pour répondre à vos attentes en matière d’information, tout en préservant la santé de ses salariés. Vous êtes confrontés à des enjeux forts et des défis inédits pour votre secteur. Vous êtes en première ligne en tant qu’acteurs clés de l'hygiène et de la propreté, que vous soyez entreprise de propreté, distributeurs ou fabricants. En tant qu’éditeur de presse professionnelle, notre mission est d’être utile à nos lecteurs et annonceurs. Notre devoir est d’être à vos côtés durant cette période exceptionnelle. Bâtiment Entretien met tout en œuvre pour assurer la continuité de ses services. Organisés en télétravail, vos interlocuteurs habituels sont mobilisés pour répondre à vos demandes par e-mail et/ou téléphone portable. Face à cette situation exceptionnelle, nous travaillons avec nos équipes et nos prestataires pour continuer à diffuser nos contenus. Nous restons à votre écoute pour répondre à vos problématiques et à vos questions. Prenez soin de vous, de vos collaborateurs et de vos proches.

 

N°328 de mai-juin 2020

  • Dossier : Covid-2019 le » monde de l'hygiène et de la propreté en 1ère ligne
  • Technique : nettoyer sans eau et sans chimie
  • Equipement : distributeurs de consommables pour sanitaires

 

Retrouvez toutes les informations en temps réel sur notre page Linkedin.