Espace abonné
Mon panier
 

Toutes les actualités Hygiène, Propreté, Nettoyage, Multiservice et déchets

 

Propreté : La propreté du métro sur la sellette


Publié le 18 juil. 2018 10:16:08

 

Malgré les efforts entrepris la propreté du métro est encore le maillon faible du réseau de transport francilien.

Depuis 2013, 80 millions d'euros sont consacrés chaque année à la propreté des réseaux RATP et RER. Un effort encore insuffisant si on en croit l'autorité organisatrice des transports Ile-de-France Mobilités (IDFM) et sa présidente, Valérie Pécresse – également présidente de la région- qui vient d'interpeller la RATP et la SNCF sur le sujet. Se basant sur une étude voyageurs montrant qu' au moins 1/3 des usagers jugent la propreté dans les rames et les stations insuffisantes, le conseil d'administration de IDFM a invité,la RATP et la SNCF à une « mobilisation générale sur la propreté » avec présentation d'un bilan en octobre, et d'un plan d'action avant la fin de l'année.

Même si les déchets qui jonchent le sol se font de plus en plus rares, c'est l'état des murs et des sièges, les traces de chewing-gum mais également les odeurs d'urine qui sont pointés du doigt. Le renouvellement du matériel roulant permet de maintenir un niveau  de propreté globalement satisfaisant, alors que certainement station peu ou pas rénovées posent un véritablement problème à la RATP et à ses prestataires de nettoyage.

A lire également :

 

Collecte des déchets : Paprec remporte le Grand Lyon


Publié le 18 juil. 2018 10:13:15

 

Choisi pour 7 ans par le Grand Lyon Paprec Group va construire un nouveau centre de tri des déchets et investir 25 millions d'euros.

Après Rennes (35) et Villers-Saint-Paul (60) Paprec Group va construire un 3è centre de tri de grande capacité ( 60 000 t) à Chassieu dans l'agglomération lyonnaise. Un investissement de quelque 25 millions d'euros qui concrétise le contrat de 7 ans qui vient d'être signé avec la collectivité du Grand Lyon pour la collecte sélective de 41 000 tonnes par an.  «Cette usine dernière génération sui sera implantée sur un terrain prolongeant l'espace de l'usine de Paprec Rhône Alpes 69 à St Priest/Chassieu, bénéficiera des technologies les plus  avancées pour atteindre des valorisations de 95% en moyenne des matières entrantes  (papiers, cartons, ferrailles et métaux, plastiques...). Quinze trieurs optiques sont prévus, ainsi  que la robotisation du sur tri des refus en cabine, une première technologique » détaille Christophe Mallevays, le directeur du service collectivités Paprec et Directeur national du tri  des collectes sélectives.

A lire également :

 

Entreprise de propreté : Nicollin reprend Vidimus


Publié le 18 juil. 2018 10:04:00

 

Le groupe de collecte des déchets et de propreté Nicollin  vient de racheter le groupe de nettoyage industriel Vidinus basé à Talence (22).

Cap à l'ouest pour le groupe montpelliérain Nicollin qui a annoncé début juillet la reprise d'un grand acteur régional, Vidinus, basé dans la région bordelaise et opérant dans le sud-ouest et le grand ouest de la France (10 agences). Cette entreprise de nettoyage industriel qui réalise un chiffre d'affaires de quelque 10 millions d'euros, au travers de ses 9 filiales, représente une belle opportunité de croissance externe pour le groupe Nicollin qui souhaite étendre sa zone d'activité et affirmer sa présence dans le nettoyage et la propreté au-delà  de son cœur de métier, la collecte des déchets.

Le groupe Nicollin emploie quand à lui plus de 5 000 collaborateurs pour un chiffre d'affaires global de plus de 320 millions d'euros de 2017. Cette nouvelle entité va intégrer le pôle N Services (nettoyage, accueil, sécurité...) qui pèse aujourd'hui 60 millions d'euros dans le chiffre d'affaires du groupe. « À travers cette acquisition, le groupe Nicollin a pour objectif de renforcer sa présence dans le domaine du nettoyage industriel et d'assurer une meilleure couverture géographique en étendant ses activités et sa notoriété aux zones Nouvelle Aquitaine, Ouest Occitanie et Bretagne » conclut les responsables de Nicollin dans un communiqué.

A lire également :

 

Après avoir résilié les contrats de Suez et du groupe  libanais Averda, Casablanca relance un nouvel appel d'offres pour la collecte des déchets et le nettoiement urbain.

Il y a un peu moins d'un an la collectivité de Casablanca  rompait le contrat avec Sita Blanca qui assurait la collecte des déchets sur plusieurs secteurs de la ville. Il y a quelques semaines c'était au tour du groupe libanais Averda de se voir éconduit par les autorités de la ville qui viennent de lancer un nouvel appel d'offre international.

Cette consultation, qui court jusqu'au 4 septembre, est élargie au nettoiement et à la propreté urbaine en plus de la collecte des déchets et des ordures ménagères. Ce marché, dont le montant est  l'ordre de 600 k€ par an pour une durée de 7 ans, se répartit en 4 lots distincts que la ville de Casablanca souhaite attribuer à 4 entreprises différentes.

A lire également :

 

Les Tremplins GSF viennent de récompenser 3 équipes issues de BTS pour leur innovations dans le domaine de la propreté.

Pour son édition 2016-2018 les tremplins GSF ont récompensé des étudiants en BTS (photo)  qui ont conduit entre 2016 et 2018 des projets innovants dans le secteur de l'hygiène et de la propreté. 3 prix représentant une dotation globale de 9 000 € remis à des étudiants du lycée Anatole France de Colombes  (1er Prix), du lycée Alain Savary d'Arras (62) ET DU LYCÉE Marie-Antoinette Riess de Mazamet (81).

Le projet « Virtual Cleaning », développé au lycée de Colombes, utilise un casque de réalité virtuelle pour former et accompagner les agents de nettoyage. La solution « Ergoclean » conçue par les élèves d'Arras a permis de mettre au point un chariot de ménage ergonomique prévenant les TMS. Les élvès du lycée Marie-Antoinette Riess de Mazamet ont, pour leur part travaillé sur un système baptisé « T où là » qui équipe une monobrosse, permet de la géolocaliser, mais également de mesurer les niveaux des vibrations pour améliorer le confort de travail des machinistes.

A lire également :