Espace abonné
Mon panier
 

Actualités

Entreprises de propreté

Fin annoncée du CICE pour 2018


Publié le 12 sept. 2017 16:48:00

 

Le Gouvernement a annoncé le 11 septembre la fin du CICE pour 2018. Il devrait être remplacé l'année suivante par une baisse directe des cotisations.

Mis en place en janvier 2012 le Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) a permis à toutes les entreprises, notamment dans le secteur des services, de bénéficier d'un bonus de trésorerie équivalent à 6% -puis à 7% cette année- du montant des salaires bruts n'excédant pas 2,5 SMIC. Pour mémoire, les entreprises de propreté ont pu ainsi, en moyenne, appliquer le dispositif sur 85% de leur masse salariale. 

Une disparition en deux temps
Conformément aux engagements pris par le Président de la République, le Gouvernement vient d'annoncer une réforme de CICE en deux temps :

  • la baisse d'un point de son taux en 2018, soit un retour à 6% de la masse salariale ;
  • la disparition du CICE en 2019 au profit d'une baisse des cotisations directes des entreprises et de la diminution programmée de l'impôt sur les sociétés qui passera de 33% aujourd'hui à 25% en 2022.

Un cadeau de 21 milliards aux entreprises
Le coup de rabot de 1% sur le CICE en 2018 devrait représenter un gain de quelque 3,3 milliards d'euros pour le budget de l'Etat sans pour autant, selon les Pouvoirs publics, affecter la trésorerie des entreprises, bien au contraire. L'effet se fera en effet sentir en 2019, année où doivent entrer en vigueur les baisses de charges pour les sociétés. Le Premier ministre évalue même à 21 milliards d'euros le « gain exceptionnel pour les entreprises en 2019 », un « coup de booster » selon ses propres termes. Le gouvernement espère que cet afflux exceptionnel de capitaux dans l'économie dans deux ans créera 35 000 emplois en 2019 et 70 000 en 2020. Un objectif qui était également le souhait de l'exécutif lors du quinquennat précédent lors de la mise en œuvre du CICE, mais qui ne s'est pas vraiment traduit dans les faits...

A lire également :