Espace abonné
Mon panier
 

Actualités

Nettoyage et désinfection. Les professionnels de l'hygiène premiers remparts du Covid-19


Publié le 11 mars 2020 14:46:52

 

Prestataires, fournisseurs, distributeurs se retrouvent en 1ère ligne face à l'épidémie  qui gagne du terrain.

Equipements de protections et solutions hydroalcooliques (SHA) occupent le devant de la scène. Face à la pénurie grandissante de produits désinfectants le gouvernement a dégainé le 6 mars un décret d'encadrement des prix fixant des seuils maximum : 15 € le litre, 5€ les 300 ml, 3€ les 100 ml,  et 2€ les 50 ml. Une mesure destinée à mettre fin aux excès observés sur le marché grand public et à laquelle les professionnels – fabricants et distributeurs- semble souscrire assez largement. « Nous avons été alertés par un certain nombre de prix qui se sont envolés au détail dans les pharmacies. Nous sommes consternés par cette situation d'autant plus qu'on n'a pas bougé nos prix ! Les fabricants, que je représente, n'ont pas changé leurs tarifs », s'indigne Virginie d’Enfert, déléguée générale de l'Afise, qui représente les industriels français du secteur. « Une dizaine d'usines françaises fabriquent ces gels hydroalcooliques dont la demande a augmenté de 6 à 8 fois depuis l'arrivée en France du virus. Un de nos fabricants a produit en deux mois l'équivalent de ce qu'il avait produit l'an dernier » poursuit la responsable de l'Afise au micro de nos confrères de France-Info.

Des distributeurs sous pression

Même  son de cloche chez les distributeurs qui cherchent avant tout à éviter les ruptures auprès de leurs clients « Depuis ces dernières semaines, les équipes commerciales, techniques et logistiques des entreprises de notre groupement sont mises à rude épreuve et ne comptent pas leurs heures pour rechercher des solutions chez nos fabricants ayant des stocks notamment de SHA et approvisionner dans les meilleurs délais nos clients.

Nos fournisseurs sont pour la plupart passés en 3X8, ce qui permet de répondre partiellement à l’attente de nos clients. Toutefois nos prix restent cohérents par rapport à une situation normale » précise Stéphane Luciani, dirigeant de la société Luciani Distribuzioni et porte parole du groupe Equipage Hygiène.

En Alsace, dans le Haut-Rhin la situation est encore plus compliquée. Des professionnels sont assaillis de demandes sans pouvoir répondre à tout le monde, la mise en quarantaine décidée il y a quelques jours compliquant encore plus les choses. « Nous n'avons plus de réponse précise des fabricants français sur les délais, nous nous sommes tournés vers un industriel allemand qui a augmenté ses capacités et peut encore répondre à notre demande. Mais nous avons dû faire évoluer les conditionnements car il est très difficile de trouver des flacon et des pompes qui sont importées de Chine. Nous proposons un système de poche avec une tétine » confie un distributeur du Bas-Rhin qui surveille d'un œil inquiet les fermetures de crèches, écoles et autres lieux publics.

Les entreprises de propreté au front mais dans l'incertitude

La profession appelle régulièrement de ses vœux une plus grande visibilité des métiers de la propreté. C'est chose faite pour les entreprises de nettoyage qui sont en première ligne, dans les transports ou les lieux publics notamment. Un peu trop sous les projecteurs parfois, comme lorsqu'une équipe de télé rencontre un agent dans une rame de métro, masque sur le visage, en train de désinfecter les barres d'appui.  Pas de quoi paniquer réagit le groupe Challancin : « Il s'agit d'une prestation réalisée quotidiennement depuis plusieurs mois par des agents qui portent simplement les équipements de protection recommandés...Rien à voir avec le coronavirus ! » Si beaucoup d'entreprises de propreté sont aujourd'hui dans le feu de l'action pour répondre le mieux possible aux demandes de clients parfois angoissés, la plupart tentent déjà de mesurer l'impact économique de l'épidémie sur leur activité. Nettoyage hôtelier, prestation dans l'évènementiel, dans les écoles ou les crèches qui risquent de fermer... l'inquiétude monte chez ces professionnels dont l'activité est étroitement liée à celle de leurs clients.

A lire également :

 

Partager l'article