Espace abonné
Mon panier
 

Actualités

Entreprises de propreté. L'hygiène enjeu prioritaire du déconfinement ?


Publié le 6 mai 2020 15:30:00

 

La reprise progressive de la vie économique et la réouverture des écoles constituent un enjeu majeur pour les entreprises de propreté.
Le 17 mars beaucoup de sites ont fermé, notre chiffre d'affaires a été divisé par deux du jour au lendemain. Nous avons l'habitude de râler, mais cela a été un soulagement de pouvoir profiter du soutien rapide de l'Etat, notamment avec la mise en place du chômage partiel et le report des charges. Je note aussi que nos clients, privés comme publics ont tous joué le jeu. Malgré la fermeture de sites nous avons pu facturer 100% des forfaits mensuels en mars. Nous ferons bien entendu sur les prestations à venir en fonction des annulations » constate Jean-Baptiste Clec'h, directeur général de Koala Propreté.
Un constat partagé par Mohamed tandert, président du groupe T2MC qui se félicite de l'attitude de ses clients qui ont permis de donner une véritable bouffée d'oxygène en continuant d'honorer leurs factures. 
Le casse-tête de l'organisation
La perspective immédiate du déconfinement représente aujourd'hui un vrai défi pour les donneurs d'ordres (et leurs salariés) mais également pour leur prestataires, l'hygiène étant devenue un pré-requis pour la reprise d'activité. La société francilienne Koala Propreté, qui a repris en juin 2019 les prestations de nettoyage de la ville de Meudon vient d'assurer le nettoyage et la désinfection des 30 écoles de la ville et doit accompagner la collectivité dans un suivi quotidien de l'hygiène. « Au-delà du cas particulier des écoles nous avons souhaité anticiper le plus possible les réouvertures et accompagner nos clients. Certains souhaitent une désinfection  de leurs locaux, mais cela n'est pas toujours nécessaire, un nettoyage rigoureux peut suffire si le site est fermé depuis plusieurs semaines. Il faut que les solutions que nous proposons soient financièrement acceptables et surtout garantissent une reprise en toute sécurité » argumente Jean-Baptiste Clec'h.

Fournir des solutions pérennes

Au-delà des critiques -parfois justifiées- sur la complexité voire l'absurdité de certaines mesures sanitaires imposées aux écoles ou au entreprises, l'heure est à l'adaptation des protocoles et des organisations. « Des entreprises ou des collectivités nous demandent de mettre en place du personnel en régie, de revoir nos protocoles. Nous avons du doubler nos effectifs au sein d'une usine automobile en passant de 20 à 40 agents. Deux éléments sont essentiels pour réussir cette reprise : la formation et la traçabilité qui est devient un pré-requis pour nos clients » complète le dirigeant de T2MC.

La demande des clients portent également sur la fourniture de solutions de la lavage et de désinfection des mains (distributeurs de gels hydro-alcooliques, remplacement des essuie-mains textile par du papier...). Des habitudes qui devraient s'installer durablement dans les entreprises et qui ouvrent le champ  aux prestataires de propreté. « Nous sentons une vraie reconnaissance. Nos clients et leurs salariés nous voient différemment, à nous de démontrer que nous sommes pros,  en leur conseillant par exemple de reconsidérer le lavage des mains qui doit être la règle avant d'avoir recours aux solutions hydro-alcooliques par exemple. De même cette nouvelle approche doit nous permettre d'installer chaque fois que cela sera possible le travail en journée. Nos clients ont envie de nous voir ! » conclut le dirigeant de Koala Propreté.Photo Comac


A lire également : 

 

Partager l'article